Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Mandat de dépôt à l’encontre de Lazhar Sta

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Mandat de dépôt à l’encontre de Lazhar Sta

    Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle 

Nom : 		sta.jpg 
Affichages :	56 
Taille :		41,6 Ko 
ID : 			82


    Un mandat de dépôt a été émis à l’encontre de Lazhar Sta, homme d’affaires et ancien DG de Carthage Cement, apprend Business News de source judiciaire informée, ce mercredi 20 novembre 2019.



    Le mandat de dépôt en question avait été délivré par le pôle judiciaire, économique et financier depuis lundi 18 novembre dans l’affaire de corruption et d’abus de biens publics concernant la société.
    La cité de Carthage prospéra sous le règne d’Elissa, ses richesses se développèrent avec l’arrivée des nouveaux habitants et les affaires s’épanouissaient avec les commerçants qui affluaient de tout bord. Hiarbas, roi des Maxitans, le peuple autochtone, voulant mettre la main sur cette nouvelle richesse, réclama Elissa comme épouse sinon il déclarerait la guerre. La reine, refusant de trahir son serment de rester fidèle à la mémoire de son époux, décida de mettre fin à sa vie en se poignardant et se jettant dans le feu.

  • #2


    Le feuilleton Carthage Cement se poursuit avec de nouveaux rebondissements. Au menu, arrestation de l’ancien directeur général Lazhar Sta et un jugement en faveur de la société sur une surfacturation de quelques dizaines de millions d’euros. Des faits qui ont permis à la société de clôturer la séance boursière de ce jeudi 21 novembre 2019 au vert, suite à la reprise de la cotation. Depuis la révolution, les déboires de la société n’en finissent pas avec des pertes cumulées et une vente ratée.



    Carthage Cement est une société anonyme créée en octobre 2008 à l’initiative de Belhassen Trabelsi et Lazhar Sta. Elle est le résultat d’une scission en deux de la société «Les Grandes Carrières du Nord» : la société Carthage Cement et la société GCN Trade.

    Après la révolution, l’Etat a confisqué une partie de la société et avec Bina Corp S.A, il a tenté via Al Karama Holding à partir de fin 2017 de céder un bloc d’actions représentant 50,52% du capital par voie d’appel d’offres international. Mais, l’appel d’offre a été infructueux.

    Il faut dire que depuis la révolution, la situation financière du cimentier ne cesse d'empirer. D’ailleurs, l’assemblée générale ordinaire de la société pour l’exercice 2018 ne s’est pas encore tenue. Elle est prévue pour le 6 décembre prochain. La société enregistre une perte de 75,99 MD au titre de l’année précitée. Ses fonds propres au 31 décembre 2018 sont devenus négatifs, et ce en raison des pertes cumulées ayant atteint -320,69 MD à cette date. Le total des capitaux propres de -37,86 MD avant affectation du résultat. C’est dans ce cadre, que la société va réaliser une augmentation du capital social en numéraire pour un montant de 223.774.733 dinars, approuvée par l’assemblée générale extraordinaire en date du 11 octobre 2019. Elle aurait également obtenu, selon le management de la société, des accords de principe, auprès de certaines institutions financières, pour le rééchelonnement des dettes bancaires et ce, dans le cadre de son plan de restructuration financier.





    L’endettement bancaire total du cimentier à fin 2018 a atteint 424,38 MD. Il faut rappeler dans ce cadre que le résultat de plusieurs banques de la place qui ont participé au financement de Cartahge Cement a été impacté par l’effort de provisionnement supplémentaire qu’elles ont dû faire. La BCT leur ayant demandé de provisionner à hauteur de 25% des engagements, après la vente ratée.

    A cause des provisions pour Carthage Cement, juste à titre d’exemple les créances classées de la Banque de Tunisie ont augmenté de 36,61%. Son taux de créances classées est ainsi impacté, passant à 8,7% alors que le taux de couverture passe de 73,7% à 60,60%.

    Lors de l’assemblée générale ordinaire, Mohamed Habib Ben Saâd avait indiqué qu’un plan d’assainissement a été accepté par les pouvoirs publics qui prévoit une augmentation de capital via le compte courant associés et en numéraire. Il sera présenté prochainement. Suite à quoi, la cimenterie sera remise en vente en juin prochain.

    Or selon les états financiers arrêtés au 31 décembre 2018, le solde des comptes courants actionnaires, qui correspondent à des avances de fonds, s’élève à la clôture de l’exercice 2018 à 115,23 MD, dont 48,54 MD au profit de Lazhar Sta (principal et intérêt). Carthage Cement a signé en 2008 deux conventions avec Bina Holding et le Groupe Sta, portant sur un montant de 66,32 MD provenant de la réduction du capital décidée par l’assemblée générale extraordinaire réunie le 10 novembre 2008. Aux termes de ces conventions, ces comptes courants sont remboursables sur une durée de douze ans et productifs d’intérêts au taux du marché monétaire majoré de 3 points sans que ce taux ne puisse être inférieur à 8% l’an. Ils sont calculés par périodes de 3 mois. Les intérêts trimestriels ainsi calculés sont capitalisés et produiront eux-mêmes des intérêts.







    Hier, un nouveau rebondissement a eu lieu dans le dossier de Carthage Cement. On apprend d’abord qu’un mandat de dépôt a été émis à l’encontre de Lazhar Sta, lundi 18 novembre dans l’affaire de corruption et d’abus de biens publics concernant la société. Des sources ont affirmé à Business News que c’est son beau-frère qui aurait porté plainte contre lui : il lui aurait dérobé sa part dans la société «Les Grandes Carrières du Nord» dont la scission a permis la création de Carthage Cement.

    En outre et à travers un communiqué boursier, on apprend qu’en date du 15 novembre 2019 la cour d’appel du Pôle judiciaire et financier a rendu un arrêté d’appel en faveur du cimentier et à l’encontre de tous les inculpés, et ceci dans le cadre de la surfacturation de 30 millions d’euros pour la construction et la fourniture des équipements de la cimenterie.

    «Le jugement étant passible d’opposition ou de cassation pour certains, la société Carthage Cement continue à défendre les intérêts de ses actionnaires, jusqu’à l’épuisement de toutes les étapes de ce dossier», lit-on dans ce même document. Selon nos sources, Belhassen Trabelsi et Lazhar Sta seraient impliqués.



    Ces faits ont valu la suspension mercredi 20 novembre 2019 du titre Carthage Cement à la demande du Conseil du marché financier. Aujourd’hui et suite à la reprise de la cotation, l’action de la société est repartie à la hausse augmentant de 2,34% à la clôture de la séance pour se situer à 1,310 dinar. Donc, au final, les nouvelles ont impacté positivement la société.



    Ce jugement en faveur de la société est un élément positif dans l’affaire de ce cimentier saisi par l’Etat. Dans l’attente d’un nouvel acquéreur, le processus d’assainissement se poursuit, mais ce n’est que le commencement. Beaucoup reste à faire.

    Source: BusinessNews
    La cité de Carthage prospéra sous le règne d’Elissa, ses richesses se développèrent avec l’arrivée des nouveaux habitants et les affaires s’épanouissaient avec les commerçants qui affluaient de tout bord. Hiarbas, roi des Maxitans, le peuple autochtone, voulant mettre la main sur cette nouvelle richesse, réclama Elissa comme épouse sinon il déclarerait la guerre. La reine, refusant de trahir son serment de rester fidèle à la mémoire de son époux, décida de mettre fin à sa vie en se poignardant et se jettant dans le feu.

    Commentaire

    Chargement...
    X